Chto de Sonia Chiambretto compagnie felmur

texte Sonia Chiambretto / éditions Actes sud-papiers / l'Arche est agent du texte

mise en scène Gweltaz Chauviré

avec Fanny Bouffort

lumière Fabien Bossard

son Vincent Malassis

création 2009/2010 - ce spectacle a reçu le soutien du Conseil Général d’Ille et Vilaine - aide à la création théâtre du cercle /rennes - représentations au théâtre du cercle /rennes, au château du bois guy /Parigné, aux ateliers du vent /rennes et au festival atmosphère+ / itinéraire bis / côtes d'armor

 

 

Chto retranscrit le témoignage de Sveta, jeune réfugiée tchétchène.

« Le déclencheur de cette histoire est la description poétique d'une scène de guerre dans Agamemnon, texte que j'ai lu à Khéda. J'ai rencontré Khéda à Marseille dans un centre d'apprentissage de la langue française. Elle arrive de Tchétchénie, en Europe. Elle a 18 ans. Elle fuit la guerre. Je lui demande de témoigner sur son voyage, j'enregistre son histoire. »  Sonia Chiambretto

La restitution avec exactitude d’un récit, d’un témoignage, pourrait disqualifier le littéraire et privilégier une exposition « juste » des faits; le style, l’esthétique d’une écriture faisant obstacle à cette recherche de vérité et de réalité. Ce qui nous a intéressés c’est précisément comment la forme est aussi une manière de saisir le réel. L’écriture, la langue élaborée par Sonia Chiambretto offre à la fois un point de vue et des potentialités de réel. De plus, la singularité de cette écriture participe à cet aspect unique du témoignage et le soustrait à une banalisation.

Nous avons choisi d’utiliser le texte de Sonia Chiambretto, comme une partition, de jouer de la mise en page, des lignes vides, des paragraphes, des pages blanches, des pages pleines, des parenthèses, des majuscules… De mettre en vie la dynamique du texte, les sensations qui s’en dégagent, et alors laisser surgir l’émotion, ou l’horreur, ou l’humour…

C’est d’ailleurs une page du livre, dessinée au plateau, qui sert de base à l’espace de jeu.

Nous avons aussi souhaité que ce spectacle puisse s'installer dans un espace concret. Il nous est vite apparu qu’il serait difficile d’imaginer ce travail dans une boite noire, où la véracité du témoignage tout autant que la stylisation perdaient leur force. Toutefois nous avons bien conscience que le spectateur n’est pas dupe, il sait bien qu’il est au théâtre. Alors, nous avons décidé de jouer avec les deux registres : l’immersion dans la fiction, et la distance de l’acteur, de les juxtaposer, les fondre l’un dans l’autre, pour embarquer les spectateurs, créer des sensations vives, poignantes et ce tant par le récit que par la forme, le style.

La confrontation entre l’être de fiction (personnage) et la présence réelle de celui qui porte le témoignage nous a offert de nombreuses possibilités de jeu.

Ainsi Sveta visite en direct son histoire, à partir de différents outils collectés au fil de son parcours (photos, prises de sons du monde extérieur, voix enregistrées, documents téléchargés sur internet).

Si l’évocation des souvenirs nous fait entrevoir la dureté du parcours, les traces de la guerre et les terreurs traversées, c’est aussi la jeune fille de 17 ans qui apparaît. Ses révoltes, ses goûts musicaux, ses rêves.

Le texte se compose de 11 parties, comme 11 tentatives pour se raconter, 11 façons de dire, avec différents supports de jeu, différents supports techniques, 11 séquences à durées variables…. C’est la juxtaposition et l’accumulation de ces différentes propositions qui créent le personnage / la présence de Sveta, qui composent son portrait.

 

Il s’agit d’un solo prévu pour jouer dans des endroits insolites : salle de répétition, hall, friche, chez l’habitant, sur un plateau nu, galerie d’expo…

photos © MAJA

 

 pour découvrir les autres spectacles :

 I Accueil I